A l'aube du complot - Partie 3

Discussion dans 'Discussions Générales' démarrée par Fly, 23 Mars 2020.

  1. Fly

    Fly Membre

    Inscrit :
    18 Mars 2020
    Messages :
    253
    Évaluations:
    +364
    Voici le dernier chapitre car ce roman n'est pas fini. J'espère qu'il vous plait ^^
    Franchement, je le trouve pas hyper bien fait ce chapitre là (surtout la fin ):(

    N'hésitez pas à me donner des retours ;)
    P.S: Il y a un petit "ester eggs" caché mais pas encore fonctionnel. Je vous dirai quand ce sera fonctionnel si vous voulez ^^

    Chapitre 4

    • Tu peux m’expliquer, Mistokov ?
    • Et bien, … j’ai reçu un e-mail, de toi, qui est la vidéo de l’attentat raté de la mairie contre Mr Hef.
    • Mais, c’est n’est pas moi qui l’ai envoyé !
    • Pourtant, tout indique le contraire : ton adresse mail, Anton.tamsd@gmail.com; le fait que ta voix ressemble à celle de l’homme qui a posé cette bombe.
    • Mais pourquoi aurais-je fait cela ?
    • A toi de me le dire…
    • Je n’ai rien à dire, mis à part que je suis innocent et victime d’un coup monté.
    Et il se tut.
    • Bon, écoute. Je crois à ta culpabilité parce que on est amis. Mais je suis obligé de t’arrêter car on te soupçonne. Et beaucoup d’éléments t’accusent ! Ce que je peux faire, c’est mettre un enquêteur et des agents sur le coup pour prouver ton innocence. Tu veux ?
    Il ne répondit pas.
    • Bien. Je le ferais quand même. Messieurs ! cria-t-il pour appeler les agents placés derrière les portes, hors de la pièce, amenez-le.
    Deux hommes de forte corpulence arrivèrent et prirent Antonio par les bras. Celui-ci se leva, demanda à ce qu’on ne le touche pas car il pouvait très bien marcher tout seul. Ceux-ci le relâchèrent, se placèrent à son côté et l’accompagnèrent.
    Mickael et Jordan avaient assisté à la scène sans rien dire. Lorsque Antonio fut sorti, Mickael s’exclama, dans un même visage dénué d’émotions :

    • Honnêtement, pensez-vous qu’il soit innocent ?
    • Honnêtement, je ne sais pas quoi penser, répondit Herr Mistokov, trop de choses se passent en même temps. Messieurs, je vous demanderais de quitter cette pièce. J’ai besoin d’être seul.
    • Bien, répondirent Jordan et Mickael, presque en même temps.
    Et ils sortirent sans dire un mot.
    Deux heures après, Herr Mistokov fut retrouvé dans son bureau, une balle dans la tête. Classé, suicide. Pourtant, ce n’est pas parce qu’un ami à soi est arrêté que l’on se suicide. Pour Jordan, quelque chose clochait. Ce n’était pas normal.
    Quelques jours après eurent lieus les obsèques de Herr Mistokov. La plupart du personnel de la section J était là.

    L’enterrement se passa sans incidents.

    Le lendemain, Mickael et Jordan marchaient vers le centre J annexe. Tous deux avaient reçu une lettre les invitants à rejoindre un certain Victor Mike Osom dans ce centre annexe.

    Les deux jeunes hommes se rencontrèrent dans un carrefour : Mickael arrivant vers du Nord, Jordan venant du Sud. Leur direction se trouvait vers l’Ouest, d’après les lettres qu’ils avaient reçues. Le carrefour était en pleine forêt. Ils faisaient presque nuit. Jordan avait pensé à se munir d’une lampe de poche. Mickael, lui, préférait privilégier la lampe de son téléphone portable – beaucoup moins puissante que celle de Jordan cependant.

    Pourquoi n’ont-ils pas pris leur voiture ? se demande-t-il. Il se lève. Il est resté assis pendant deux heures dans la même position. Il a mal aux jambes. Il tourne de 180 degrés. Il se dirige vers une sorte de machine. Elle est carrée et très grande. Un bouton rouge se trouve à l’extérieur de cet « engin ». Il appuie sur ce bouton. Celui-ci clignote. Cinq fois. Un panneau de contrôle s’ouvre. Un clavier avec deux écrans fixés aux deux extrémités se déplie. Il est déplié. L’homme joue avec ses mains. Il tapote sur un piano invisible. Puis, il se rapproche du clavier. Il appuie sur un bouton en forme de rond. Un écran s’anime. Un panneau d’alerte s’affiche. Celui-ci dit : « Voulez-vous vraiment effectuer cette action ? ». L’homme appuie sur « Entrée ». Le panneau d’alerte disparait. A la place apparait des lignes de code. Elles s’affolent. L’homme rentre une clé USB dans le clavier. Le clavier clignote. Les lignes de code s’arrêtent un instant. L’homme tape une série de chiffres et de lettres puis appuie sur « Entrée ». Une image se dessine. Une image de missile. Des zones rouges indiquent les charges d’explosifs. L’homme appuie sur « Entrée ». Il tape un code et appuie une énième fois sur cette touche. Le clavier clignote de plus belle. Des lignes de codes fusent. Le clavier se referme. Les écrans se rétractent. L’homme reculent de quelques pas. Le haut du cube s’ouvre. Un missile en sort. Une sorte de catapulte le maintien. Quelque peu primitif, se dit-il. La catapulte se décontracte. Le missile part sans un bruit, comme une pierre sur un lance-pierre. Arrivé à 100 mètre de hauteur, il se stabilise à l’aide de réacteurs et démarre : des propulseurs se mettent en marche. Un bruit strident. Il se répète. Le missile est parti depuis longtemps. Il a déjà parcouru une bonne distance. L’homme sort son téléphone.

    • Je pense que c’est réglé. Il est parti.

    Jordan et Mickael se bouchèrent les oreilles lorsque ce son

    horriblement strident leur parvinrent. Ils se regardèrent.

    • Regarde ! cria Jordan, une étoile filante !

    • Hein ? Où ça ?

    • Tu l’as pas vue ?

    • Non.

    • Mince ! Elle était sacrément proche pourtant !

    • Ben je ne sais pas moi….

    • Tu ne sais pas quoi ?

    • Moi, j’ai juste vu un missile et pas une étoile filante, répondit Mickael, très calme.
    Le son strident était parti. Le missile aussi. Jordan ouvrit la bouche, ne put prononcer un mot. Le missile se dirigeai vers leur destination !

    Mickael comprit. Ils se mirent alors à courir vers le centre J annexe.

    Une explosion retentit.

    Ils arrivèrent. Ce qu’ils virent les choqua.
     
  • À propos

    Onecraft Network est un réseau de serveurs innovants et de qualité pour le jeu Minecraft.
    Vous trouverez plusieurs types de jeu en vous connectant à notre serveur, comme du combat, de la survie ou encore de la coopération.
  • Nous rejoindre

    Pour venir jouer avec nous, rien de plus simple ! Il suffit d'avoir un compte Minecraft officiel, et d'ajouter un nouveau serveur avec notre IP:

    play.onecraft.fr